10. Un piquage adéquat

26 Août 2015

10. Un piquage adéquat

C’est trop drôle.  Je remets toujours à plus tard l’écriture de cet article…. un peu beaucoup comme je remets à plus  tard mes piquages de courtepointes.  Mais je viens d’avoir un anniversaire et mon mari m’a offert un mini clavier pour mon Ipad alors c’est motivation suffisante pour débuter mon article….. Eh qu’on l’aime dont ben mon mari hein?

Je dois avouer que le piquage n’a pas été mon sujet préféré pendant longtemps… mais le 1er janvier 2014 il a fait partie de mes résolutions de l’année : apprivoiser le piquage.  Car bien que je maîtrise  le côté académique de la chose…. le côté pratique laissait énormément à désirer.  D’ailleurs je profite de ce blog pour remercier Colleen de ses loyaux services depuis 2004 et si à la suite de la lecture de ce blog vous souhaitez faire appel à ses services, je ne serais pas offusquer.

 

Pourquoi?

 

Parce que le piquage est une nécessité pour assurer une longue vie à votre courtepointe.  À mes débuts, je ne comprenais pas l’importance du piquage et je me dépêchais à faire un piquage minimaliste de ma pièce… et quelle déception lorsque quelques année plus tard les coutures cédaient dans mon piéçage, les tissus biaisaient, les couleurs s’estompaient…. bref une courtepointe qui m’avait coûté en temps et argent ne durait pas plus de 3 ans…. cela n’a pas pris de temps à me convaincre que de payer une professionnelle à piquer mes pièces n’était pas une dépense mais un investissement.

 

Alors c’est quoi le secret du piquage d’une courtepointe?

Vous devez absolument piquer tous les morceaux de tissus de la courtepointe au molleton et à l’endos pour ne pas qu’ils ne bougent et ne se détériorent.  Une fois que l’on comprend le mécanisme, cela devient évident!  Le fils de piquage traverse le morceau de tissu et ensuite le molleton qui agit comme un aimant et retient le tissu.  Comme le molleton est aggloméré, il peut tout de même se déchirer s’il est trop étiré.  Donc le fils doit par la suite traverser l’endos qui lui empêchera le molleton de s’étirer. Le fils du piquage tient donc les trois épaisseurs ensemble pour leur plus grand bien.

Que ce soit piquer à la main ou à la machine, vous piquez pour les mêmes raisons donc le choix du motif de piquage doit dépendre des points suivants :

  1. La taille des morceaux de votre pièce.  Plus vous aurez de petits morceaux et plus votre piquage devra être intense. C’est-à-dire un petit motif pour s’assurer que chaque bout de tissus soit bien piqué.
  2. Vos choix de tissus.  Je vous conseille de faire des piquages à motifs élaborés sur des tissus neutres car vous ne les verrez pas sur un tissu chargé de couleurs et de motifs.
  3. Votre choix de molleton.  Il faudra bien lire les informations sur votre molleton, surtout l’espacement maximal à respecter lorsque l’on pique.  Un molleton de moins bonne qualité doit être piqué minimalement aux 4 pouces alors qu’un molleton de bonne qualité peut être aux 8 pouces.  Mais attention!  Si vous avez des carrés de tissus de 2 pouces, il faudra tout de même piquer aux 2 pouces.  La laine devra également être piquée assez intensément pour qu’elle résiste aux lavages.  Et si vous utilisez encore de la codel….. c’est au 1 pouce… mais je vous déconseille de l’utiliser…. POUBELLE!

 

Donc voici les points de base pour décider du type de piquage… mais comment passer des grandes théories à la mise en pratique? 

Faire des tests.

Je compare souvent cette étape à la pratique du piano.  Tout le monde veut faire de beaux piqués libre… je leur dis que c’est comme apprendre à jouer la Symphonie de Beethoven au piano… il faut pratiquer, pratiquer et encore pratiquer.

Premièrement, commencer à vous balader avec un cahier de croquis et faites des motifs de piquage à temps perdu.  Le truc est de remplir une page du motif choisi sans jamais croiser nos lignes ou soulever le crayon.  Car on veut que notre cerveau comprenne comment manœuvrer dans un espace connu et bouger sans être bloqué.  Si on soulève le crayon, cela veut dire qu’on devra lever l’aiguille lors du piquage et laisser du fils pour y faire un nœud plus tard et le cacher dans le molleton (et personne n’aime faire cela).  J’adore Free-motion quilting workbook car il nous aide à comprendre cette partie.

Une fois qu’on maitrise le motif sur une feuille de papier, déposer votre courtepointe sur une table et mettez-y une nappe en plastique par-dessus.  Prenez un crayon feutre non  permanent et reproduisez en taille réelle le piquage que vous souhaitez faire.  N’oubliez pas que vous voulez éviter de lever le crayon!  Cela me prend quelques coups avant de l’avoir… conservez un vaporisateur d’eau tout prêt pour effacer et recommencer.

Une fois que vous êtes satisfaite du résultat, conserver le plastique tout prêt et rendez-vous à votre machine à coudre.  Faites un échantillon de 15“x15“ avec les mêmes tissus, molleton et fils pour faire des tests de tension puis tester le motif.  Dès que vous vous sentirez à l’aise avec le mouvement, alors vous êtes prêt pour travailler sur votre pièce.

Amusez-vous!

Dernier point : Votre machine à coudre!  Elle doit être votre meilleure amie!  Assurez-vous d’avoir les bons pieds pour le type de piquage que vous souhaitez faire, une aiguille pour piquer (qu’il faut changer aux 12 à 15 heures) et un fils 100% coton à piquer.  La machine à coudre devrait également être nettoyé au moins une fois par année par un professionnel.

Il est à noter que l’on retrouve sur le marché des machines à coudre qui ont maintenant 11 pouces comme espace de travail ce qui facilite le piquage.  Et je viens de commencer à utiliser une machine à coudre Tiara II de Baby Lock qui a un espace de travail de 16“…. Cela donne beaucoup de liberté à vos mouvements et pourrait être un bon investissement si vous aimez beaucoup cette étape du travail de courtepointe.

8 Commentaires

  1. Bonjour
    J’ai fait un napperon et je suis rendu au piquage et je me demande quel sorte de fils prendre.J’aimerais avoir votre conseil. Qu’and on dit dans le sillon de la couture je ne suis pas trop certaine.Merci pour votre conseil.

    1. Bonjour Liliane,
      Je conseille du fils 40wt ou 30wt pour piquer une courtepointe. Il est plus épais et permettra une meilleure solidité du travail à long terme. COmme vous faires des napperons qui sont donc plus légers et ont une espérance de vie moins longue, vous pouvez rester avec votre fils de coton 50wt, soit le même que pour le piéçage.
      Piquer dans le sillon signifie de piquer dans la couture de votre projet. Encore une fois vous pouvez le faire dans un napperon mais je ne le suggère pas pour une courtepointe car on fini toujours par couper notre fils de piéçage (comme on coud sur la couture, l’aiguille peut couper le fils) et ceci pourrait créer une usure prématurée de la pièce.
      J’espère que cela répond à vos questions.
      Claire

  2. Au magasin où j’ achète mon tissu, elle m’a conseillé de coudre avec un fil. Polyester mes carrés de courtepointe. Je ne fais que des sacs et des napperons. Est-ce que je peux piquer avec du fil polyester?

    1. Merci de m’écrire
      C’est un point très important!
      Si vos tissus sont en coton vous devriez TOUJOURS coudre avec du 100% coton
      A moins que ce soit du fils polyester de King Tut ou Wonderfil, soit des fils spéciaux pour courtepointe.
      C’est la même chose pour le piquage

  3. Bonjour,
    Merci de vos bons conseils.
    Je cherche quelqu’un(e) pour piquer ma courtepointe à la machine, dans la
    Mauricie de préférence.
    Est-ce que vous pouvez m’indiquer une personne qui fait ce travail.
    Merci!
    Nicole

  4. Bonjour Claire,
    je termine de faire ta courtepointe Le Bloc de L’Amitié , quel molleton je prend ? car je veux qu’elle soit pesante. j’ai travaillé fort mais j’ai bien aimé , le résultat est super beau. merci beaucoup. je t’enverrai une photo

    1. Allo Nathalie!
      Bravo! Je sui vraiment contente pour toi. Pour le molleton pesant, j’opterais pour le Quilter’s Dream Superior. Mais il est difficile à trouver et souvent il faut faire une commande spéciale. Je te conseille de téléphoner à un magasin de courtepointe qui fera le travail pour toi… mais il faudra être armé de patience. Dans la marque Quilter’s Dream, il y a 3 catégorie pour la pesanteur: Request est le plus léger (2 once), Select est moyen et Supreme est le plus lourd (C’est celui que je prends pour mes courtepointes d’hiver). Je sais que le magasin Quilt & Coton tient la marque QUilter’s dream alors tu pourrais leur demander de commander pour toi: https://quiltetcoton.com/.
      Une autre option pour alourdir la pièce est de mettre un endos en flannelle. Mais attention, si c’est toi qui pique… cela fait lourd.
      Bonne chance et OUI je veux voir la photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONNEXION