Ne vous inquiétez pas pour moi!

30 Août 2016

Ne vous inquiétez pas pour moi!

Ne vous inquiétez pas pour moi

 Malgré tous mes efforts pour bien communiquer ma situation actuelle, je me rends bien compte qu’il reste encore des gens qui comprennent mal et s’empressent de donner leur version erronée des faits.  Alors bien que j’aime garder ma vie privée, je me vois dans l’obligation de raconter encore une fois mon processus  sur la place publique.

 Je n’ai jamais caché la raison pour laquelle j’ai ouvert le magasin…

C’était même mon brise glace lorsque j’offrais le séminaire d’initiation à la courtepointe :  J’ai décidé de lâcher ma grosse job pour ralentir le temps d’avoir mes trois enfants.  Laurent avait à peine deux ans et vous l’avez souvent vu au magasin.  Vous avez également vu ma bedaine deux fois et plusieurs ont eu la gentillesse de venir bercer les bébés pour que maman ait le temps de donner un cours ou servir une cliente.  Plusieurs ne peuvent oublier Thomas enlacé dans un kangourou sur mon ventre pendant le déménagement du magasin sur le boulevard Dagenais.

 Le magasin avait été pour moi l’emploi parfait pour me permettre d’avoir mes trois enfants.  J’avais une équipe extraordinaire qui me permettait de quitter si l’un avait une gastro, l’autre une sortie aux pommes ou un rendez-vous médical. Bref,  j’ai pu remplir mes fonctions de mère sans aucune culpabilité face à mon employeur.  Au début de l’aventure, je m’étais donné dix ans pour m’occuper de mes enfants.  J’ai prolongé de deux ans car j’ai choisi d’attendre que Thomas ait terminé sa première année car cette étape est cruciale dans la croissance d’un enfant et, par expérience avec les deux premiers, apprendre à lire et écrire peut être très pénible. J’avais également besoin d’un peu plus de temps pour Adrien, mais cette histoire restera privée.

 Alors m’y voici donc! Thomas commence cette semaine sa 2ième année.  Je ne suis pas prête à dire qu’ils n’ont plus besoin de moi, mais la réalité est qu’ils ont moins besoin de moi et mon côté Femme de carrière s’ennuit.  Oui le magasin est passionnant, mais cela fait douze ans que je m’en occupe!  Avez-vous conservé le même emploi douze ans?  Commenciez-vous à le trouver ennuyeux?

 Aujourd’hui j’adore enseigner, écrire des patrons et communiquer avec les quilteuses à travers le monde.  Avoir un magasin ayant pignon sur rue exige une présence constante qui ne répond plus à mes aspirations.  J’ai développé mon magasin en ligne et suis confiante que vous me suivrez toujours via le monde merveilleux du web.  Alors je fais le saut en toute confiance.

 Alors ne vous inquitiez pas pour moi!

 Je vais bien et mes trois garçons sont bien heureux de partager leur sous-sol avec leur mère.  J’ai pris 50% de leur espace pour faire mon studio et ils aiment bien m’y voir.  On me demande même d’installer leurs machines à coudre.  Mon mari est heureux de me voir épanouie!  Il me laisse tranquille quand je lui dis que j’ai une nouvelle idée pour mon blog ou pour une courtepointe.  Il est même très fier de voir mes dernières réalisations publiées.

 Qu’ai-je prévu?

 J’ai développé  des cours en ligne.   L’achat vous donne accès aux vidéos sur internet via un compte gmail ou hotmail.  Vous pourrez regarder autant de fois que vous voulez: arrêter, reculer, avancer à votre guise.  Et vous aurez accès pour toujours.  J’ai déjà  quatre cours de disponible et je compte continuer.

 J’avais plusieurs autres projets de prévu pour l’automne mais j’ai dû tout annuler pour des raisons de santé.  Je me dois à nouveau de changer mes objectifs et de me contenter de retrouver la forme.  Fort heureusement, je suis bien entourée! 

 Alors ne soyez surtout pas triste pour moi et continuez de progresser dans l’art qu’est  la courtepointe. Et soyez assuré que nous nous reverrons un jour, ne serait-ce que dans une exposition de courtepointes…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CONNEXION